Formation et constitution du réseau d’observateurs au Luxembourg

Dans le cadre du projet Life loutre, il est prévu de réaliser un suivi des populations de loutre au Luxembourg entre 2007 et 2010, plus particulièrement dans le Nord du pays où la qualité des cours d’eau est nettement meilleure.

La loutre est un animal nocturne, discret qui craint l’homme, ce qui explique qu’il est extrêmement difficile de l’observer en plein jour, excepté le long des côtes où elle a un comportement diurne.

L’observation de la loutre d’Europe est donc le plus souvent indirecte et se fait sur base d’indices de présence tels que les traces de pas dans la boue ou dans la neige, les épreintes (excréments laissés par la loutre qui lui permettent de marquer son territoire vis-à-vis des autres individus), les reliefs de repas, …

Afin de couvrir le Nord du pays qui comporte 22 carrés UTM d’observations de 10 km x 10 km, nous avons proposé de créer un réseau d’observateurs et organisé 2 formations qui se sont déroulées les 16 et 19 janvier 2008 à Wilwerwiltz. Ces formations étaient destinées l’une aux administrations (12 participants), l’autre au grand public (22 participants).

Présentation du projet Life nature loutre

Elles comportaient une partie consacrée à la biologie de la loutre, au projet Life et à la reconnaissance des traces sur base de moulages et autres indices, d’autre part une visite de terrain avec la mise en pratique des connaissances acquises. La recherche de traces ne se limite pas à la loutre mais comporte aussi l’observation des autres mustélidés (martre, putois, blaireau, …) ainsi que des espèces comme le raton laveur, le chat sauvage,… Les données récoltées par les observateurs sont ensuite validées par le Centre de Recherche Public Gabriel Lippmann et transmises au Musée national d’histoire naturelle pour être intégrées dans la banque de données nationale RECORDER.

Assemblée de la séance du 19 janvier 2008

Pour toute information et participation au réseau :

Centre de Recherche Public Gabriel Lippmann

Gérard Schmidt (tel : 47 02 61 421 ).

 

A télécharger
Article paru dans le Tageblatt du 1 février 2008
Document PDF - 1.5 Mo - Ouvrir ce document - Ouvrir dans une autre fenêtre